CÉLÉBRATION DE LA JOURNÉE MONDIALE DE LUTTE CONTRE LES MUTILATIONS GÉNITALES FÉMININES

ACTUALITÉS | 7 février 2018

Claudelle Nielly-Thibault

Le 6 février avait lieu la journée mondiale de lutte contre les mutilations génitales. L’ONU souhaite ainsi lutter contre cette « discrimination » qui touche environ 3 millions de nouvelles femmes par an. L’Afrique serait le continent le plus touché avec 200 millions de femmes excisées ou infibulées. La Gambie, la Guinée, le Djibouti et la Somalie seraient quant à eux les pays où la pratique est la plus présente.

 

À l’occasion de cette journée mondiale, le secrétaire général des Nations-Unies a réitéré la nécessité de mettre fin à ces mutilations. « La dignité, la santé et le bien-être de millions de filles sont en jeu ; il n’y a pas de temps à perdre », dit-il.

 

Le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) et le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) travaillent conjointement sur le plus grand plan mondial de lutte contre les mutilations génitales féminines. Leurs programmes sont mis sur pied avec l’aide des communautés. Selon un expert de l’OMS, il est primordial que les changements proviennent de celles-ci et qu’ils soient basés sur des changements dans le discours populaire.

 

Au Sénégal, une campagne sur les réseaux sociaux intitulée #Touchepasàmoncorps sensibilise la population aux dangers relatifs à l’excision. Le Togo, quant à lui, s’est donné comme objectif d’éradiquer cette pratique d’ici 2030. Il semblerait que le pays soit sur la bonne voie puisque les campagnes de sensibilisation ont déjà mené à des pactes d’abandon de la pratique dans certaines villes. De plus, il semblerait que l’occurrence des MGF y soit en baisse depuis 10 ans.

 

Le gouvernement canadien s’est engagé à donner 3 millions de dollars pour éradiquer cette coutume au Bénin. On manque cependant de données pour connaître l’ampleur du phénomène au Canada. Des milliers de Canadiennes pourraient être à risque. Malheureusement, les opérations s’effectuent la plupart du temps lors de vacances hors du pays et ne sont pas dénoncées.

 

Références

http://www.africatopsuccess.com/2018/02/06/mutilations-genitales-en-afrique-la-pratique-en-baisse-au-togo/

http://www.cbc.ca/beta/news/politics/female-genital-mutilation-benin-bibeau-1.4520481

 

Source

Non applicable

© Les 3 sex*. 2017. Tous droits réservés