GILBERT ROZON DEMANDE QU’ON RESPECTE SA PRÉSOMPTION D’INNOCENCE

ACTUALITÉS | 12 février 2018

Marion Brodeur-Laperrière

Mercredi dernier, Gilbert Rozon a été revu pour la première fois sur la scène publique depuis les allégations d’agressions sexuelles qui ont été faites à son endroit dans la foulée du mouvement #MoiAussi. Il a été aperçu par les médias à sa sortie du palais de justice pour l’affaire qui oppose le Groupe Juste pour rire à Québécor Média par rapport à l’achat des actions et actifs de Juste pour rire qui appartiennent toujours à M. Rozon.

 

Alors qu’il n’avait encore jamais commenté les témoignages des nombreuses personnes qui l’accusent d’inconduites sexuelles dont certaines remontent à une trentaine d’années, Gilbert Rozon a tout nié en bloc. Il a dit s’excuser si quelqu’un avait été choqué par des paroles déplacées, mais soutient n’avoir jamais « fait l’amour à quelqu’un si une personne a dit non ».

 

Par ailleurs, le fondateur de Juste pour rire semble se considérer comme une victime de cette histoire puisqu’il a  dû vendre son entreprise et se retirer de ses fonctions à la suite de scandale. Il se demande par ailleurs quelles sont les motivations de ses présumées victimes pour porter de telles accusations pour lesquelles il considère ne pas avoir eu droit à la présomption d’innocence de la part du public.

 

Référence

http://www.ledevoir.com/societe/519567/rozon

 

Source

Non applicable.

© Les 3 sex*. 2017. Tous droits réservés