UN AGENT DE LA GRC AURAIT PAYÉ POUR DES SERVICES SEXUELS DE PERSONNES MINEURES

ACTUALITÉS | 23 février 2018

Mariane Gilbert

Un agent de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) a payé des prostituées mineures contre des services sexuels, lors d’une mission à l’étranger, en 2007. Il aurait aussi payé pour que des prostituées aient des relations sexuelles avec d’autres personnes mineures non identifiées. De plus, il aurait également fait de fausses déclarations aux autorités du pays où il a été arrêté. L’agent a ensuite démissionné et a échappé à des accusations criminelles.

 

L’éthicien René Villemure commente : « La GRC, qui envoie des gens à l’étranger, est responsable de ces gens-là et en acceptant la démission ou la mise à la retraite du policier, la GRC se défile de sa responsabilité ». Selon les renseignements obtenus par Radio-Canada, la GRC a classé la plainte comme non criminelle après la démission du policier.  Villemure ajoute : « C’est tout à fait non éthique. C’est de la dissimulation ».

 

Le criminologue Michael Kempa nuance la situation : « Il y a des cas où la démission est probablement raisonnable, mais quand on parle d’actions criminelles, ça donne l’impression que la police est au-dessus de la loi ».

 

L’attaché de presse de Ralph Goodale, ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, a répondu à Radio-Canada, par courriel, que le gouvernement du Canada « condamne sans équivoque toute forme d’exploitation et de violence sexuelle ». Il ajoute que depuis l’incident, « la GRC a renforcé son processus d’examen pour aider à éviter que ce genre d’abus ne se reproduise ».

 

Référence

http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1084805/grc-policier-prostituees-mineures-mission

 

Source

Non applicable

© Les 3 sex*. 2017. Tous droits réservés