AUGMENTATION DES CAS D’ITSS CHEZ LES AÎNÉS

ACTUALITÉS | 6 mars 2018

Bien que la vie sexuelle ne disparaît pas à un âge prédéterminé, aujourd’hui, parler de sexualité reste encore un sujet tabou pour quelques adultes âgés. Contrairement à la pensée populaire, les aînés, tout comme les jeunes, peuvent être actifs sexuellement et peuvent, par le fait même, être à risque de contracter des infections transmises sexuellement et par le sang (ITSS).

 

Depuis quelques années au Québec, les diagnostics de tous les ITSS sont à la hausse chez les personnes de 50 ans et plus.

 

Entre 2002 et 2011, selon l’Agence de la santé publique du Québec, chez les aînés de plus de 60 ans, les cas de chlamydia ont triplé, les diagnostics de gonorrhée ont doublé, et les cas déclarés de syphilis se sont vus augmentés de presque cinq fois. En 2016, on parle du – particulièrement élevé – taux d’incidence de l’hépatite C chez les personnes de 50 ans et plus.

 

Entre changements dans la vie de couple, divorce, décès du ou de la conjoint(e), accessibilité aux nouvelles rencontres, l’Agence de la santé publique du Canada parle de ces divers aspects pour expliquer les facteurs de risque pouvant être présents chez les 50 ans et plus.

 

Anick Beneke, intervenante, affirme : « Si j’ai été toute ma vie avec la même personne, le condom n’est plus là. Souvent, c’est de réintroduire le condom quand je suis nouvellement célibataire, mais ce n’est pas un automatisme ». Elle souligne aussi que certaines femmes ménopausées ne voient plus l’intérêt du condom, par exemple.

 

L’Intervenante insiste sur le fait qu’il y ait trop peu d’intervention auprès de la population âgée, elle partage : « Je pense que c’est le temps de parler de sexualité saine. Ce n’est pas la même chose aujourd’hui qu’il y a 40 ans ».

 

Une femme âgée de 85 ans, Élizabeth Pronovost, dénonce le tabou autour du sujet. Elle critique le manque de dialogue en matière de sexualité chez les aînés. Elle témoigne : « Il y a une gêne d’en parler. C’est comme si c’était un scandale! Pourtant, c’est normal ».

 

 

Référence

http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1087012/cas-itss-hausse-adultes-ages-sexualite-aines-sante-chlamydia-gonorrhee-syphilis-hepatite-c

 

Source

Non applicable

 

 

© Les 3 sex*. 2017. Tous droits réservés