LES PERFORMANCES DES FILLES EN MATHÉMATIQUES SERAIENT MODULÉES PAR LES INÉGALITÉS

ACTUALITÉS | 4 avril 2018

Un chercheur de l'École d'économie de Paris, Thomas Breda, s’est penché sur les compétences mathématiques des filles selon les sociétés dans lesquelles elles évoluent. Son hypothèse était que les inégalités sociales, et pas seulement les inégalités de genre, s’influenceraient entre elles. Ses recherches démontrent que dans les milieux où les différences de richesses sont peu marquées, l’écart entre les performances mathématiques des filles et des garçons est moins important.

 

Bien que les résultats des anciennes recherches sur le sujet soient controversés, on note souvent un retard pour les filles en mathématiques et un retard pour les garçons en lecture. Dans les sociétés plus équitables, les filles auraient tendance à rattraper ce retard, mais pas les garçons. « Quand il y a moins d'inégalités, c'est toujours favorable aux filles, dit M. Breda. Ça ne bénéficie jamais aux garçons pour ce qui est des maths, des sciences et de la lecture. On se rend compte qu'à l'école, du moins en France, les garçons sont de plus en plus faibles. Il y a toujours de très bons garçons, mais il y en a beaucoup qui sont très mauvais élèves. »

 

L’auteur avance l’idée que le faible taux de professeurs masculins pourrait nuire à la motivation scolaire des jeunes garçons.

 

Référence

http://www.lapresse.ca/actualites/education/201804/01/01-5159478-les-inegalites-nuisent-aux-filles-en-mathematiques.php

 

Source

Non disponible

 

 

© Les 3 sex*. 2017. Tous droits réservés