MIGRANTES DU SRI LANKA AUX PAYS DU GOLFE : PRISE FORCÉE D’UN CONTRACEPTIF

ACTUALITÉS | 23 avril 2018

En raison de la guerre civile du Sri Lanka qui a pris fin en 2009 après environ trente ans de violence, de nombreuses Sri Lankaises ont perdu les hommes qui aidaient à subvenir aux besoins de leur famille. Aujourd’hui, plusieurs d’entre elles paient des agences de recrutement qui les envoient travailler comme domestiques dans les pays du Golfe.

 

L’une des premières procédures auxquelles ces femmes doivent se soumettre est un examen médical durant lequel elles passent un test de grossesse et un pour le VIH, examen qui sera répété à leur arrivée dans leur pays d’accueil. Lors du premier, une injection de Depo-provera, un contraceptif hormonal qui est effectif durant trois mois, leur est administrée, le plus souvent sans explications et sans leur dire qu’elles peuvent la refuser. On leur dit même parfois que si elles ne le prennent pas et qu’elles tombent enceintes en raison d’une agression sexuelle, elles ne recevront pas d’aide.

 

D’ailleurs, ces femmes sont extrêmement vulnérables face aux personnes qui les emploient, le plus souvent des hommes, entre autres par rapport aux violences sexuelles. D’autres femmes sont séquestrées, sans salaire, afin qu’elles ne puissent pas quitter leur pays d’accueil, puisque leur visa dépend du parrainage de leur employeur et qu’elles pourrait être arrêtées si elles tentent de fuir sans leur autorisation.

 

Référence

http://madame.lefigaro.fr/societe/grossesse-interdite-pour-travailleuses-sri-lanka-contraceptif-obligatoire-depo-provera-200418-148343

 

Source

Non applicable.

 

 

 

© Les 3 sex*. 2017. Tous droits réservés