UN PROJET MONTRÉALAIS POUR LA DIVERSITÉ DES ORGANES GÉNITAUX

ACTUALITÉS | 4 mai 2018

Le projet SEX-ED+ vise à « contribuer à une culture du consentement, un organe génital à la fois », en créant et diffusant des outils pédagogiques pour mieux faire connaître les organes génitaux. Concrètement, c’est à partir de moulages de réels organes génitaux que Magaly, la personne derrière le projet, produit des outils pour éduquer à la diversité des organes génitaux. Il est donc possible de se procurer un vaste spectre de représentations d’organes génitaux (mâle, femelle, intersexuées, trans, avec mutilations, etc.).

 

SEX-ED+ a débuté à l’hiver 2016 - 2017 lorsque des amies de la fondatrice ont mis la main sur un fichier 3D de clitoris et qu’elles ont décidé de l’imprimer à l’aide d’une imprimante 3D. Elles l’ont « peint en doré, [ce qui] était du plus bel effet dans le sapin de Noël! ». Elle précise, en entrevue : « À un moment, la conceptrice du clitoris 3D (Odile Fillod) a mentionné qu’il serait intéressant d’avoir un modèle souple, plus adapté aux contextes éducatifs. Comme j’avais un peu de temps, j’ai été passer une semaine dans un atelier avec un professionnel des effets spéciaux cinéma pour apprendre les rudiments du moulage et de l’utilisation du silicone, puis on est sorti de là avec le premier prototype de clitoris souple. Un an plus tard, mon appartement est rempli d’organes génitaux, au point de devoir déménager pour avoir un atelier consacré au projet... »

 

Ce projet s’adresse aux personnes travaillant dans le domaine de la santé et de l’éducation à la sexualité. Plusieurs modèles sont disponibles : «Le premier modèle qu’on a développé, soit la vulve avec clitoris intégré, basée sur moulage humain a été fait avec la collaboration d’équipes médicales et scientifiques de Paris et Genève qui travaillent en chirurgie réparatrice auprès des personnes excisées. Aussi surprenant que cela puisse paraître, les personnes du milieu n’ont pas d’outils matériels pour faire de l’intervention auprès de ce public. Pourtant, rien de tel qu’un objet réaliste pour expliquer l’impact de la chirurgie, montrer comment cela peut modifier l’apparence externe, expliquer le rôle du clitoris, etc. Dans le même ordre d’idée, on a moulé les vulves de personnes qui prennent de la testostérone depuis un certain temps, ce qui entraîne des modifications. C’est un outil qui va pouvoir être utilisé dans les cliniques qui travaillent auprès d’un public trans, afin d’accompagner les patient.e.s dans leur transition et leur permettre d’anticiper les modifications physiologiques dues à la prise d’hormones. D’autres outils sont actuellement testés dans des cliniques de santé sexuelle, comme un kit de pénis, avec et sans érection.»

 

Le rêve de la fondatrice est de mettre sur pied, d’ici deux ans, la première banque d’organes génitaux en 3D, accessible en ligne afin de pouvoir sortir de la dichotomie des organes génitaux.

 

Référence

Non applicable

 

Source

http://positivesexed.org/a-propos/

 

 

 

© Les 3 sex*. 2017. Tous droits réservés