HAUSSE DES PLAINTES POUR AGRESSIONS SEXUELLES AU SPVM

ACTUALITÉS | 11 mai 2018

Les plaintes pour agressions sexuelles sont, une fois de plus, en hausse à Montréal. Le SPVM rapporte 1828 plaintes en 2017, ce qui représente une hausse de 15 % par rapport à l’année précédente. C’est la première fois en 15 ans que le taux est si élevé et dépasse le sommet de 2005 où il y avait eu une vague de plaintes à la suite de la sortie publique de Nathalie Simard.

 

Par contre, ce n’est pas parce que le nombre de plaintes est plus élevé que le nombre de crimes sexuels est, lui aussi, en hausse. L’ancien chef du SPVM, Marc Parent précise : « Le fait de faire connaître le phénomène et d’en parler publiquement comme avec le mouvement #MoiAussi contribue à motiver les victimes à porter plainte », puis, il ajoute : « Lorsqu’il y a des personnalités qui dénoncent, il y a des cas qui deviennent des sources de courage et, évidemment, il y a un effet de levier »

 

La chercheuse Rachel Chagnon souligne qu’il est cependant important de se pencher sur l’écart entre le nombre de plaintes et le nombre de condamnations : « Pour moi, le problème est là. S'il y a un tel écart entre le nombre de mises en accusation et le nombre de condamnations, ça veut dire qu'il se passe quelque chose au moment des procès. Tant qu'on n'aura pas ramené les taux de condamnation à la moyenne, je vais continuer à être sceptique sur la capacité du système à prendre en charge les crimes sexuels ». En effet, au Québec, c’est seulement 60 % des accusations qui se terminent par un verdict de culpabilité.

 

Référence

https://www.ledevoir.com/societe/527239/bilan-du-spvm

http://www.lapresse.ca/actualites/justice-et-affaires-criminelles/affaires-criminelles/201805/08/01-5177512-hausse-marquee-des-denonciations-dagressions-sexuelles-au-spvm.php

 

Source

Non applicable

 

 

© Les 3 sex*. 2017. Tous droits réservés