LES PERSONNES VIVANT AVEC UNE DÉFICIENCE INTELLECTUELLE SONT PLUS ENCLINES À ÊTRE VICTIMES DE VIOLENCES SEXUELLES

ACTUALITÉS | 29 mai 2018

Jeudi dernier, une nouvelle étude présentée à l’Université de Montréal lors d’un colloque sur les violences interpersonnelles a montré que les enfants en situation de déficience intellectuelle sont trois fois et demie plus à risque d’être victimes d’agressions sexuelles. Or, les conséquences physiques et mentales engendrées par ces agressions seraient plus graves chez les enfants ayant une déficience intellectuelle que chez les autres enfants.

 

Effectivement, depuis six ans, en étudiant des données issues de la RAMQ, de centres jeunesse et du ministère de la Santé, la chercheure Isabelle Daigneault s’intéresse à la prévalence des agressions sexuelles chez les enfants avec une déficience intellectuelle et au nombre de consultations et de diagnostics.

 

Alors que nous savons que les personnes en situation de déficience intellectuelle composent 1 % de la population, dans un échantillon de 882 victimes d’agression sexuelle, 3 % avait un diagnostic de déficience intellectuelle.

 

À ces résultats, la chercheure rajoute des facteurs de risque liés au sexe, à l’âge et à la défavorisation sociale et économique.

 

Référence

https://www.ledevoir.com/societe/528627/quand-les-intimidateurs-s-attaquent-aux-enfants-avec-un-handicap-intellectuel

 

Source

Non applicable

 

 

 

© Les 3 sex*. 2017. Tous droits réservés