RÉSULTATS CONCLUANTS DES PROJETS-PILOTES D’ÉDUCATION À LA SEXUALITÉ

ACTUALITÉS | 13 septembre 2018

Depuis l’annonce du retour d’éducation à la sexualité dans les écoles cette année, les élèves s’attendre à recevoir cinq heures de cours d’éducation à la sexualité sur l’année au primaire et 15 heures obligatoires au secondaire. Les professeurs avaient plusieurs craintes entourant l’implantation du nouveau cours  ; d’abord ils ne pensaient pas avoir les outils nécessaires et la formation suffisante pour pouvoir donner la matière. De plus, l’idée de n’avoir pas assez de temps ou de préparation et la crainte d’en dire «  trop ou pas assez  » étaient des sources d’angoisses chez les professeurs. Toutefois, les peurs entourant le retour du nouveau cours d’éducation à la sexualité étaient tout à fait justifiées, mais les trois plus grandes commissions scolaires de la province, les commissions scolaires de Montréal (CSDM), de Laval (CSDL) et de la Pointe-de-l’Île (CSPI), ont présenté mardi des résultats rassurants mardi des projets-pilotes.

 

C’est la mise en œuvre réfléchie qui apaise les acteurs autour de la problématique. En effet,  l’implantation s’est faite de manière graduelle et les enseignants ont pu avoir accès à des outils comme des documents et des capsules vidéo. Du côté des élèves, le contenu et le matériel est très bien accueilli, autant au primaire et au secondaire. Les enfants sont soulagées de pouvoir discuter de tels sujets dans un environnement neutre. Il est question, notamment, de l’estime de soi, du respect, des stéréotypes sexuels et des agressions sexuelles au primaire, alors qu’au secondaire la notion de consentement, les questions de relations amoureuses, les maladies transmises sexuellement, les comportements à risque et les violences sexuelles sont prévus au curriculum. En outre, les parents ont été rassurés, par le biais de rencontres organisées dans les écoles et de savoir qu’un enseignement neutre et crédible vient contrebalancer l’effet de l’internet. Aucune demande d’exemption de ce cours de la part des parents n’a été placée.

 

En conclusion, les dirigeants des trois commissions scolaires ont indiqué qu’ils ont prévu donner les cours seulement  à partir de la session d’hiver, puisque la formation n’a été offerte que cette session d’automne.

 

Référence

http://www.lapresse.ca/actualites/education/201809/11/01-5196138-education-a-la-sexualite-des-projets-pilotes-concluants.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=envoyer_cbp

 

Source

Non applicable

 

 

© Les 3 sex*. 2017. Tous droits réservés