« DÉTECTER » L’HOMOSEXUALITÉ PAR L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE?

ACTUALITÉS | 12 septembre 2017

Claudelle Nielly-Thibault

Dans une étude bientôt à paraitre, l’Université de Standford aux États-Unis présente un outil qui serait capable de reconnaitre une personne homosexuelle seulement en analysant les caractéristiques physionomiques de son visage. Surnommé, avec un humour discutable, le « gaydar », il fonctionne par une intelligence artificielle (IA) qui, après avoir étudié plus de 35 000 visages récupérés d’un site de rencontre américain, serait maintenant capable de statuer sur l’orientation sexuelle d’une personne avec un taux d’efficacité de 91 % pour les hommes et 83 % pour les femmes.

 

« L’étude détecterait aussi des mâchoires plus étroites, des nez et fronts plus longs chez les gays; ainsi que des mâchoires plus grandes et des fronts plus petits chez les femmes lesbiennes. Des traits que les chercheurs attribuent aux hormones, en particulier la testostérone. »

 

Plusieurs personnes ont souligné les problèmes éthiques de cette recherche qui, si elle est vraiment efficace, pourrait exposer les personnes homosexuelles à de graves préjudices si elle tombe dans les mains de dirigeants de pays qui persécutent ceux-ci. De plus, on se questionne sur les raisonnements qui se cachent derrière cette initiative. Est-ce que l’homosexualité doit se lire sur les visages des gens? Doit-on s’attendre à un retour de la théorie du « gène » de l’homosexualité?

 

Face aux nombreuses critiques, un des co-auteurs de l’étude, Michal Kosinski, a affirmé qu’ils n’avaient pas inventé la reconnaissance faciale, qui existait déjà. Il ajoute ensuite que « Le but de l’étude était précisément d’exposer les potentielles utilisations dangereuses de l’AI et de plaider pour une réglementation stricte qui protège la vie privée.»

 

D’autre part, nombreux sont ceux qui mettent en doute ces efficacités de 91 % et 83 %. Le principal biais détecté est que « seules des photos de jeunes blancs représentant la binarité homosexuel/hétérosexuel ont été utilisées, donc pas l'ensemble du spectre des orientations sexuelles ni des ethnies ».

 

Références

https://www.letemps.ch/opinions/2017/09/11/technologie-traque-lhomosexualite

http://www.clubic.com/mag/sciences/actualite-835706-risques-ia-reconnait-gays-photo.html

 

Source

Non disponible

 

© Les 3 sex*. 2017. Tous droits réservés