LE RÔLE DU GENRE DANS L’EXPOSITION À LA VIOLENCE CONJUGALE, L’ACCEPTATION DE LA VIOLENCE, LE SENTIMENT D’AUTO-EFFICACITÉ ET LA VIOLENCE PHYSIQUE EN COUPLE CHEZ LES ADOLESCENTS QUÉBÉCOIS

PRODUCTION SCIENTIFIQUE

 

Karolanne O’Keefe

16 mai 2017

Date de publication

 

Mars 2017

 

Résumé original

 

Malgré tous les efforts faits pour prévenir la violence physique en couple chez les adolescents, cela demeure un problème majeur de santé publique comportant de multiples conséquences négatives. Cette étude vise à examiner les différences entre les sexes face aux relations entre l'exposition à la violence conjugale (violence mère-père, violence père-mère), l'acceptation de la violence conjugale (perpétrée par les garçons, perpétrée par les filles) et le sentiment d’auto-efficacité pour mettre en lumière le phénomène de la violence en couple chez les jeunes.

 

Les données ont été tirées des vagues 1 et 2 du « Quebec Youth Romantic Relationships Project », menées auprès d’un échantillon représentatif d'élèves du secondaire. Des analyses ont été effectuées sur un sous-échantillon de 2564 adolescents qui avaient vécu une relation amoureuse au cours des six derniers mois (63,8 % filles, âge moyen de 15,3 ans). Des analyses de parcours ont été menées pour enquêter sur les liens entre l'exposition à la violence conjugale, l'acceptation de la violence et le sentiment d’auto-efficacité pour révéler la présence de violence dans les fréquentations chez les adolescents (mesurée à la vague 1) et la présence de violence physique en couple chez les adolescents (mesurée à la vague 2).

 

L'exposition générale à la violence conjugale a été liée, par l'acceptation de la violence perpétrée par les femmes, à la victimisation au sein des deux sexes et à la perpétration par les filles de violence en couple. Aucune différence significative n'a été identifiée quant à l'impact du genre du parent violent lorsqu’il est question d'exposition à la violence conjugale. Le sentiment d’auto-efficacité permettant la divulgation des expériences personnelles de violence n'était pas lié à l'exposition à la violence conjugale ou aux expériences de violence physique en couple chez les jeunes.

 

Les résultats confirment la transmission intergénérationnelle de la violence. En outre, les résultats soulignent l'importance de cibler l'acceptation de la violence, en particulier la violence perpétrée par les filles, dans les programmes de prévention et d'intervenir auprès des enfants et des adolescents exposés à la violence conjugale.

 

Référence

Ruel, C., Lavoie, F., Hébert, M., et Blais, M. (2017). Gender’s role in exposure to interparental violence, acceptance of violence, self efficacity, and physical teen dating violence among Quebec adolescents. Journal of Interpersonal Violence. DOI : 10.1177/0886260517707311.

 

Pour demander la production scientifique entière aux auteurs

https://www.researchgate.net/publication/316782322_Gender%27s_Role_in_Exposure_to_Interparental_Violence_Acceptance_of_Violence_Self-Efficacy_and_Physical_Teen_Dating_Violence_Among_Quebec_Adolescents