EXAMEN DE L’HÉTÉROGÉNÉITÉ DES COMPORTEMENTS AUGMENTANT LES CHANCES DE CONTRACTER LE VIH CHEZ LES HOMMES GAIS ET BISEXUELS (OU TOUT AUTRE HOMME

AYANT DES RELATIONS SEXUELLES AVEC DES HOMMES) À TORONTO, AU CANADA.

 

 

 

 

 

PRODUCTION SCIENTIFIQUE

 

Karolanne O’Keefe

26 avril 2017

Date de publication

 

Avril 2017

 

Résumé original

 

En utilisant l'analyse de classe latente (LCA), nous avons examiné les modèles de participation dans le cadre de plusieurs scènes (une scène étant un type d’activité à caractère sexuel particulier se déroulant dans un environnement prévu à cet effet). Nous avons cherché à savoir de quelle manière les pratiques sexuelles risquées varient selon les scènes et les facteurs psychosociaux associés à ces modèles chez 470 hommes homosexuels, bisexuels et autres ayant des rapports sexuels avec des hommes (GBM) recrutés à Toronto.

 

Nous avons calculé la probabilité d’appartenir à ces classes en analysant la participation de ces hommes à neuf scènes distinctes. Nous avons utilisé Entropy, le critère d'information bayésien et le test du rapport de vraisemblance Lo-Mendel-Rubin afin d’identifier le meilleur modèle. Les index ajustés ont suggéré une solution en quatre classes.

 

La moitié (50 %) des GBM ont signalé ne pas participer ou participer très peu à n’importe quel type de scène, 28 % ont déclaré participer à la scène « Dance Clubs », 16 % ont déclaré participer aux scènes BDSM, « bear » et cuir et 6 % ont déclaré participer aux scènes de « circuit », de « party and play » et de « sex party ». Par rapport au GBM qui ne participaient pas aux scènes, les GBM participant aux scènes BDSM-« Bear »-Cuir étaient plus susceptibles d'être des personnes plus âgées, à la peau blanche, signalant une meilleure estime de soi sur le plan sexuel et plus à même de recourir au sexe anal sans condom. Les membres de la scène « Party and Play » étaient plus susceptibles d'être d'origine asiatique et de consommer de la drogue avant et pendant le sexe, alors que les membres de la scène du « Dance Club » étaient plus susceptibles d'être plus jeunes et de déclarer une estime de soi plus faible, mais plus d'optimisme. Le LCA nous a permis d'identifier des niches sociales distinctes, ou des microcultures, et des facteurs caractérisant celles-ci.

 

Les risques de VIH et d'ITS varient sensiblement d’un groupe de GBM à un autre, selon les microcultures elles-mêmes associées à des scènes. Des interventions sur mesure pourraient être nécessaires pour parvenir à réduire le taux de VIH et faire la promotion de la santé sexuelle dans des contextes spécifiques tels que le BDSM-« Bear » -Cuir et « Party and Play ».

 

Référence

W. Noor, S., D. Adam, B., J. Brennan, D., A. Moskowitz, D., Gardner, A., et Adam Hart, T. (2017). Scenes as Micro-Cultures : Examining Heterogeneity of HIV risk behavior among gay, bisexual, and other men who have sex with men in Toronto. Archives of Sexual Behavior. DOI : 10.1007/s10608-017-0948-y.

 

Pour demander la production scientifique entière aux auteurs

https://www.researchgate.net/publication/316291144_Scenes_as_Micro-Cultures_Examining_Heterogeneity_of_HIV_Risk_Behavior_Among_Gay_Bisexual_andOther_Men_Who_Have_Sex_with_Men_in_Toronto_Canada