QUAND L’ESTIME DE SOI EST LIÉE À LA RELATION SEXUELLE ET ROMANTIQUE D'UNE PERSONNE: ASSOCIATIONS AVEC LE BIEN-ÊTRE DES COUPLES QUI FONT FACE À LA DOULEUR GÉNITO-PELVIENNE

 

PRODUCTION SCIENTIFIQUE | 2 février 2018

Date de publication

 

Janvier 2018

 

Résumé original

 

L'estime de soi contingente (CSW, la poursuite de l'estime de soi par l'intermédiaire d'un domaine particulier dans sa vie) a un impact sur le bien-être, basé sur le succès ou l'échec perçu.

 

Dans un échantillon de la communauté, les individus ayant des problèmes sexuels ont rapporté une CSW liée à la sexualité plus forte que les individus sans problème sexuel. Les couples qui font face à la vestibulodynie provoquée (PVD), une affection génito-pelvienne douloureuse, perçoivent souvent des échecs dans leur relation sexuelle, ce qui pourrait être associé à plus de douleur et à un plus faible bien-être. En revanche, une CSW liée à la relation pourrait agir comme effet tampon face à ces conséquences défavorables.

 

Quatre-vingt-deux femmes atteintes de PVD et leurs partenaires ont complété en ligne des mesures normalisées de la CSW sexuelle et relationnelle, de la détresse, de la satisfaction sexuelle, de la satisfaction relationnelle et des symptômes dépressifs. Les femmes ont également signalé l’intensité de leur douleur. Les analyses étaient basées sur le modèle d'interdépendance acteur-partenaire. Les femmes atteintes de PVD qui ont signalé une plus grande CSW liée à la sexualité ont éprouvé plus de détresse sexuelle et de douleur. De plus, lorsque les partenaires ont rapporté une plus grande CSW liée à la sexualité, ils étaient moins satisfaits du point de vue sexuel et relationnel et plus susceptible de détresse sexuelle. Quant aux femmes, elles présentaient des symptômes dépressifs plus importants et une plus faible satisfaction relationnelle. En revanche, lorsque les partenaires ont déclaré une CSW lie à la relation plus forte, ils étaient plus satisfaits du point de vue sexuel et relationnel et moins susceptible de détresse sexuelle, et les femmes présentaient moins de symptômes dépressifs et une plus grande satisfaction relationnelle.

 

Les résultats suggèrent qu’une plus grande CSW liée à la sexualité chez les couples (en particulier chez les partenaires) est liée à un bien-être sexuel, relationnel et psychologique plus faible chez les couples touchés par la PVD, alors qu’une CSW liée à la sexualité plus forte est associée à un meilleur bien-être. Ainsi, ces CSW peuvent être des cibles de traitement importantes pour les interventions visant à améliorer la façon dont les couples s'adaptent à la PVD.

 

Référence

Glowacka, M., Bergeron, S., Dubé, J., et Rosen, N. (2018). When self-worth tied to One’s sexual and romantic relationship : associations with well-being in couples coping with genito-pelvic pain. Archives of Sexual Behavior. DOI : 10.1007/s10508-017-1126-y.

 

Pour demander la production scientifique entière aux auteurs

https://www.researchgate.net/publication/322280714_When_Self-Worth_Is_Tied_to_One%27s_Sexual_and_Romantic_Relationship_Associations_with_Well-Being_in_Couples_Coping_with_Genito-Pelvic_Pain

 

 

 

© Les 3 sex*. 2017. Tous droits réservés