L'ÉVITEMENT DÛ À LA PEUR ET LA FONCTION MUSCULAIRE DU PLANCHER PELVIEN SONT ASSOCIÉS À L'INTENSITÉ DE LA DOULEUR CHEZ LES FEMMES ATTEINTES DE VULVODYNIE

PRODUCTION SCIENTIFIQUE | 22 mars 2018

Date de publication

 

Mars 2018

 

Résumé original

 

Le but de cette étude était d’analyser l'association entre les variables d'évitement dû à la peur, la fonction du muscle du plancher pelvien (MPP) et l'intensité de la douleur chez les femmes présentant une vestibulodynie provoquée (PVD), ainsi que l'effet modérateur du soutien du partenaire.

 

Un total de 173 femmes diagnostiquées avec une PVD ont participé à l'étude. Les variables d'évitement dû à la peur ont été évaluées à l'aide de questionnaires autoadministrés validés. Ces variables sont : la catastrophisation de la douleur («Pain Catastrophizing Scale»), la peur liée à la douleur («Pain Anxiety Symptoms Scale») et le soutien des partenaires («Partner Support Questionnaire»). L'intensité de la douleur a été évaluée à l'aide d'une échelle d'évaluation numérique. La fonction du MPP, y compris sa force maximale, sa vitesse de contraction, sa flexibilité et son tonus musculaire, a été évaluée à l’aide d’un spéculum dynamométrique.

 

Après analyse, il semblerait que la catastrophisation de la douleur était significativement associée à l'intensité de la douleur (β = 0.310, P <0.001), tout comme le soutien du partenaire (β = 0.194, P = 0.004) et la flexibilité du MPP (β = -0.255, P <0.001). L'évitement dû à la peur, les variables liées au MPP et le soutien du partenaire expliquaient 28,3 % de la variance de la douleur pendant les rapports sexuels (P <0,001). Tenir compte du MPP fut particulièrement intéressant, puisqu'il était lié à un ajout significatif de 9 % dans l'intensité de la douleur. Le soutien du partenaire semble modérer l'association entre l'intensité de la douleur et la catastrophisation. Parmi les femmes bénéficiant d’un soutien élevé de la part de leur partenaire, la catastrophisation n'était pas significativement liée à la douleur (b = 0,150, P = 0,142). Lorsque le soutien du partenaire était faible, la catastrophisation était significativement liée à la douleur (b = 0,068, P <0,001).

 

Les résultats de cette étude soutiennent que la symptomatologie de la PVD peut s'expliquer en partie par des variables liées à l'évitement dû à la peur et à la fonction du muscle du plancher pelvien. Cette étude supporte le rôle important de la fonction du MPP et son importance dans la physiopathologie de la PVD. Il met également en lumière le rôle du soutien des partenaires et son effet modérateur sur la catastrophisation de la douleur.

 

Référence

Benoit-Piau, J., Bergeron, S., Brassard, A., Dumoulin, C., Khalifé, S., Waddell, G., et Morin, M. (2018). Fear avoidance and pelvic floor muscle are associated with pain intensity in women with vulvodynia. Clinical Journal of Pain. DOI : 10.1097/AJP.0000000000000604.

 

Pour demander la production scientifique entière aux auteurs:

https://www.researchgate.net/publication/323672235_Fear-avoidance_and_Pelvic_Floor_Muscle_Function_are_Associated_with_Pain_Intensity_inWomen_with_Vulvodynia

 

 

 

© Les 3 sex*. 2017. Tous droits réservés