LA VIOLENCE SEXUELLE SUR LES CAMPUS: DIFFÉRENCES ENTRE LES SEXES ET LE STATUT DE MINORITÉ SEXUELLE

PRODUCTION SCIENTIFIQUE |30 mars 2018

Date de publication

 

Mars 2018

 

Résumé original

 

La violence sexuelle est un problème omniprésent sur les campus universitaires. Bien que des travaux antérieurs aient documenté une plus grande vulnérabilité à la violence sexuelle chez les étudiants appartenant à des minorités sexuelles et de genre, on sait peu de choses sur la variation contextuelle de la vulnérabilité à ce type de violence. Les objectifs de la présente étude étaient (1) d'identifier la vulnérabilité des élèves des minorités sexuelles et de genre en matière de violence sexuelle, et (2) d'explorer si le contexte de cette violence diffère selon le statut de minorité sexuelle et de genre.

 

Des étudiants de premier cycle (18 - 24 ans) de six universités francophones du Québec (Canada) (N = 4 264) ont rempli des questionnaires en ligne sur leur expérience de la violence sexuelle, ainsi que sur le contexte de ces actes (ex : le sexe de l'agresseur, le statut de l'auteur et l'emplacement de la violence). Ils ont également fourni des informations sur leur statut de minorité sexuelle et de genre. Des régressions logistiques binaires ont été menées afin d’évaluer la variation dans l'expérience de la violence sexuelle à travers le statut de minorité sexuelle et de genre.

 

Les étudiants transgenres/non binaires ont généralement rapporté des niveaux plus élevés de violence sexuelle que leurs camarades cisgenres, tandis que des variations ont pu être constatées en ce qui concerne la vulnérabilité à travers plusieurs sous-groupes d'identité sexuelle. Peu de différences de contexte ont été observées entre les identités de minorités sexuelles. Les étudiants transgenres/non-binaires étaient significativement plus susceptibles de rapporter avoir subi de la violence sexuelle dans des contextes sportifs et lors d'activités de bénévolat que leurs homologues cisgenres.

 

Les résultats mettent en évidence les niveaux plus élevés de vulnérabilité à la violence sexuelle chez les minorités de genre et certains étudiants universitaires appartenant à une minorité sexuelle. Ils soulignent également les contextes dans lesquels une telle violence se produit, suggérant des stratégies spécifiques de prévention.

 

Référence

Martin-Storey, A., Paquette, G., Bergeron, M., Daigneault, I., Hébert, M., et Ricci, S. (2018). Sexual violence on Campus : Differences across gender and sexual minority status. Journal of Adolescent Health. DOI : 10.1016/j.jadohealth.2017.12.013.

 

Pour demander la production scientifique entière aux auteurs

https://www.researchgate.net/publication/323936649_Sexual_Violence_on_Campus_Differences_Across_Gender_and_Sexual_Minority_Status

 

 

 

© Les 3 sex*. 2017. Tous droits réservés