LA DYSPHORIE DU GENRE ET LE CHANGEMENT DE GENRE À TRAVERS L’INTERSEXUALITÉ ET LES DÉSORDRES DU DÉVELOPPEMENT SEXUEL : RÉSULTATS DE L’ÉTUDE DSD-LIFE

PRODUCTION SCIENTIFIQUE |6 avril 2018

Date de publication

 

Mai 2018

 

Résumé original

 

L'information sur les défis psychosexuels des personnes ayant des désordres du développement sexuel (DSD) et des conditions intersexuelles est d'une grande importance pour l'assignation sexuelle à la naissance des nouveau-nés atteints de DSD.

 

Notre objectif a été d’évaluer le changement de genre et la dysphorie de genre chez un large échantillon de personnes ayant des DSD différentes. Une étude transversale a été menée dans 14 centres européens avec 1 040 participants (717 femmes, 311 hommes et 12 personnes s'identifiant à un autre genre) avec différentes formes de DSD. La cohorte (âge moyen = 32,36 ans, SD = 13,57) a été divisée en 6 sous-groupes principaux: les femmes avec 45,X DSD et ses variantes (syndrome de Turner; n = 325), les hommes avec 47,XXY DSD et ses variantes (syndrome de Klinefelter; n = 219), les femmes avec XY DSD sans effets androgènes (n = 107) et avec des effets androgènes (n = 63), les hommes avec XY DSD (n = 87), et les femmes avec 46, XX (hyperplasie congénitale des surrénales) (n = 221). Les données sur les défis psychosexuels ont été recueillies au moyen d'entrevues médicales et de questionnaires.

 

Bien que 5 % des participants ont déclaré des changements de genre, seulement dans 1% (3 % si les syndromes de Klinefelter et de Turner - conditions dans lesquelles les questions de genre ne sont pas importantes - sont exclus) des cas le changement de genre a eu lieu après la puberté et il a été la plupart du temps initié par le patient. 39 participants (4 %) ont rapporté une variance du genre: 1) entre un homme et une femme, 2) un genre autre qu'un homme ou une femme, 3) un genre queer, 4) une alternance des rôles de genre ou 5) une expression de genre différente du genre rapporté. Ce groupe avait moins d'estime de soi et plus d'anxiété et de dépression que les autres participants.

 

Les cliniciens doivent être conscients et sensibles à la possibilité que leurs patients atteints de DSD pourraient non seulement avoir un désir de changer de sexe, mais pourraient également s’identifier comme différents des genres féminin et masculin. La complexité de leurs sentiments pourrait nécessiter des conseils dans le cas de certains patients.

 

L'étude est unique en son genre dans le grand nombre de participants étudiés, provenant de nombreuses cliniques différentes, avec un nombre important de participants dans la plupart des sous-groupes, et dans le nombre d'aspects qui ont été mesurés. Cependant, l'ampleur même de l'étude a empêché de se concentrer plus spécifiquement sur les problèmes de genre. En outre, il existe un besoin dans le développement des instruments mesurant spécifiquement la dysphorie de genre chez les individus avec DSD qui prennent en compte les genres non binaires.

 

Afin de rendre possible la mise en place des soins appropriés pour les personnes atteintes de DSD, le développement normatif et variable du genre des enfants avec une DSD devrait être étudié dans des études longitudinales.

 

Référence

P.C. Kreukels, B., Kohler, B., Nordenstrom, A., Roehle, R, Thyen, U., Bouvattier, C., L.C. de Vries, A., et T. Cohen-Kettenis, P. (2018). Gender dysphoria and gender change in disorders of sex development/intersex conditions : results from the dsd LIFE study. Journal of Sexual Medicine. DOI : 10.1016/j.jsxm.2018.02.021.

 

Pour demander la production scientifique entière aux auteurs

http://www.jsm.jsexmed.org/article/S1743-6095(18)30143-7/fulltext

 

 

© Les 3 sex*. 2017. Tous droits réservés