COLONISER LE SEXE ANTINORMATIF : LA FLEXIBILITÉ DU SEXE HÉTÉROSEXUEL POST-PORNOGRAPHIQUE DANS LE SEXE DE WEBCAM ALÉATOIRE

PRODUCTION SCIENTIFIQUE |26 avril 2018

Date de publication

 

Avril 2018

 

Résumé original

 

Les rencontres aléatoires par webcam sont apparues dans la conscience populaire avec l'essor de Chatroulette en 2009. Depuis lors, différents sites ont vu le jour sur la base d'un modèle similaire, s'adressant spécifiquement aux pratiques sexuelles utilisant la webcam.

 

Cet article se concentre sur l'un de ces sites, Dirtyroulette, et soutient qu'il s'agit d'un exemple de ce que j'appelle le «sexe hétérosexuel post-pornographique», défini par l'acceptation croissante de la pornographie dans le sexe hétérosexuel. Un examen de la dialectique de l'engagement sur Dirtyroulette - la navigation complexe du public et du privé, l'ennui et l'attention, l'exhibitionnisme et le voyeurisme, le signal et le bruit, le hasard et la constance - révèle comment les utilisateurs réalisent des actes sexuels post-pornographiques. Pour les utilisateurs de Dirtyroulette, le normatif ne s'oppose pas au non normatif, et les actes sexuels qui semblent transgressifs ou homosociaux peuvent démontrer comment l'hétérosexisme colonise les pratiques et  les espaces sexuels émergents. L’article spécule sur la raison pour laquelle le site n'est pas un espace pour le sexe antinormatif, et pourquoi la majorité des actes sexuels devraient être considérés comme hétérosexuels post-pornographiques. Dirtyroulette démontre que l'hétérosexualité post-pornographique est plus fluide que les images publiques, symboliques et statiques du sexe hétérosexuel qui constituent le fondement des revendications «naturelles» de l'hétérosexualité.

 

 Enfin, cet article pose la question suivante : la visibilité de Dirtyroulette offre-t-elle une rupture potentielle au sein du sexe hétérosexuel - produit-elle des opportunités dans lesquelles les revendications «naturelles» de l'hétérosexisme sont contredites par une image non figée et sans orientation fondamentale? Ou est-ce qu’une corrélation entre l'image symbolique de l'hétérosexualité et les actes du sexe hétérosexuel n’est plus nécessaire au maintien de la culture hétérosexuelle?

 

Référence

Gregory, T. (2018). Colonising antinormative sex : the flexibility of post-porn heterosex in random webcam sex. Sexualities. DOI : 10.1177/1363460717737772.

 

Pour demander la production scientifique entière aux auteurs

http://journals.sagepub.com/doi/full/10.1177/1363460717737772

 

 

© Les 3 sex*. 2017. Tous droits réservés