MON RÊVE DE FUTURE SEXOLOGUE

TÉMOIGNAGE

Carol-Ann Morier

20 mars 2017

« Tu étudies en quoi? »

 

Cette question, je la redoute tout le temps. Je sais pertinemment que la réponse n’est pas celle que les gens attendent. Je pourrais te répondre que j’étudie en médecine, en architecture ou bien en gestion de commerce. Mais, ce n’est pas le cas et je n’en suis pas désolée.

 

Moi, j’étudie en sexologie.

 

Oui, tu as bien lu : EN SEXOLOGIE. Non, ce n’est pas un champ d’études « typique ». Quoique je n’ai jamais compris pourquoi les gens ressentaient soit un malaise, soit l’obligation de dire quelque chose de déplacé en réaction à mon domaine d’études. Parce que, oui, chaque fois que le sujet est abordé, on me lance toutes sortes de commentaires. Des fois, ce sont des commentaires déplacés du genre :« As-tu besoin d’un cobaye pour tes cours? ». D’autres fois, ce sont des commentaires insultants tels que « Je n’ai pas besoin d’aller à l’université pour baiser » ou bien « t’sais, si tu voulais pas aller à l’université, t’avais juste à pas y aller ».

 

J’ai même vécu avec la réprobation de certains membres de ma famille et beaucoup de préjugés de leur part. L’un d’entre eux croyait même que je deviendrais « pornstar ». La réponse, c’est non. Je soupçonne que ces préjugés et ces commentaires déplaisants témoignent d’un manque flagrant de connaissances sur le sujet et d’une fermeture d’esprit de leur part. C’est pourquoi j’ai décidé d’écrire ce texte. Je veux leur faire comprendre ma vision des choses. Je veux aussi que tous comprennent à quel point leurs remarques peuvent être blessantes et frustrantes. La discipline sexologique, c’est ma passion. Un domaine qui me fascine et qui me rend heureuse; un domaine qui me comble. Alors, quand j’entends et subis des préjugés et des commentaires déplaisants à répétition, ça me rend triste de voir que mon domaine d’études n’a pas la même reconnaissance que les autres. Pourtant, il mérite autant de respect et de crédit que n’importe quel autre domaine d’études.

 

La sexologie, ce n’est pas dégradant. Les sexologues ne sont pas des obsédés sexuels ni des travailleurs du sexe. C’est une discipline qui étudie la sexualité humaine sous tous ses angles et toutes ses facettes.

 

La sexologie, c’est une discipline respectable,

éthique et sans aucun doute merveilleuse.

 

Pourquoi avoir choisi ce domaine?

 

Je veux aider les gens dans l’une des parties les plus importantes de leur vie : la sexualité.

 

Je veux qu’ils se sentent bien dans leur peau et dans leur sexualité.

 

Je veux qu’ils soient capables de s’affirmer, de se protéger et de vivre leur sexualité de manière épanouie et plaisante.

 

Je veux que les gens soient en santé et à l’aise avec leurs choix sexuels.

 

Je veux avoir les capacités et les outils nécessaires pour éduquer tous et toutes à la sexualité.

Je veux aider ceux qui se sentent pris dans un corps auquel ils ne s’identifient pas.

 

Je veux combattre la discrimination sexuelle ainsi que faire valoir les droits des minorités sexuelles et de tous et toutes.

 

Je veux tout simplement vivre dans un monde où la sexualité de chacun est plaisante et épanouie ainsi que respectée et non coercitive.

 

Je veux faire une différence; j’en ai besoin.

 

J’ai besoin d’aider les gens. C’est ce qui me motive et ce qui me donne une valeur. Je ne me sentirai jamais complète si je n’ai pas l’impression d’améliorer la vie des gens. Je sais que je vois probablement trop grand et que j’ai un idéal qui est très dur à atteindre. Mais, c’est seulement en étant sexologue que je crois pouvoir faire une réelle différence, peu importe à quel point on me prend - ou ne me prends pas - au sérieux. On me voit souvent comme une personne qui a choisi cette discipline dans le seul but d’avoir l’air plus « cochonne ». Mais, en réalité, j’ai choisi ce chemin pour la simple et unique raison que j’y crois. Je crois aux bienfaits que peuvent apporter les sexologues. Je suis une fille qui a plein de rêves, dont des milliers de projets que je souhaite réaliser au cours de mon parcours sexologique. Tous ces projets ne viennent pas d’une volonté de [i]sex addict[i], mais de celle d’une jeune femme passionnée par le bien-être global d’autrui. J’étudie la sexologie parce que je crois sincèrement que l’éducation à la sexualité et l’aide que je pourrai apporter aux gens dans cet aspect de leur vie feront une grande différence.

 

Je crois au plus profond de moi que les sexologues d’aujourd’hui et de demain ont droit au respect et que chacun de nous aura un rôle pionnier à jouer dans la vie de plusieurs personnes. Je ne vois que la beauté dans cette discipline tout à fait gratifiante.

© Les 3 sex*. 2017. Tous droits réservés